Commentaire de l’Evangile

par  Sanctuaire Notre-Dame de Toute Aide
popularité : 11%

Jeudi 21 septembre 2017, fête de saint matthieu, apôtre et évangéliste


Saint Matthieu : converti, apôtre, évangéliste

Benoît XVI, pape de 2005 à 2013
Audience générale du 30/08/06 (trad. DC n° 2365, p. 826 © copyright Libreria Editrice Vaticana)

« Il se leva et le suivit. » La concision de la phrase met clairement en évidence la promptitude de Matthieu à répondre à l'appel. Cela signifiait pour lui l'abandon de tout, surtout de ce qui lui garantissait une source de revenus sûre, même si elle était souvent injuste et déshonorante. À l'évidence, Matthieu a compris que la familiarité avec Jésus ne lui permettait pas de poursuivre une activité désapprouvée par Dieu. On saisit facilement l'application au présent : aujourd'hui aussi, l'attachement à des choses incompatibles avec la marche à la suite de Jésus, comme c'est le cas des richesses malhonnêtes, n'est pas admissible. Une fois, il lui est arrivé de dire sans détour : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi » (Mt 19,21). C'est bien ce qu'a fait Matthieu : « il se leva et le suivit ». Dans ce « il se leva », il est bien possible de lire la répudiation d'une situation de péché et en même temps l'adhésion consciente à une existence nouvelle, droite, dans la communion avec Jésus. Rappelons-nous que la tradition ancienne de l'Église est unanime pour attribuer à Matthieu la paternité du premier Évangile. Cela se produit déjà avec Papias, évêque de Hiérapolis en Phrygie, autour de l'an 130. Il écrit : « Matthieu recueillit les paroles (du Seigneur) en langue hébraïque, et chacun les interpréta comme il le pouvait » (in Eusèbe de Césarée, Hist. Eccl. III, 39, 16). L'historien Eusèbe ajoute cette information : « Matthieu, qui avait d'abord prêché parmi les juifs, lorsqu'il décida d'aller aussi chez d'autres peuples, écrivit dans sa langue maternelle l'Évangile qu'il annonçait. Ainsi, il chercha à remplacer par l'écrit, chez ceux dont il se séparait, ce qu'ils perdaient avec son départ » (III, 24, 6). Nous n'avons plus l'Évangile écrit par Matthieu en hébreu ou en araméen, mais dans l'Évangile grec que nous avons, nous continuons encore à entendre, d'une certaine manière, la voix persuasive du publicain Matthieu qui, devenu apôtre, continue à nous annoncer la miséricorde salvatrice de Dieu, et nous écoutons ce message de saint Matthieu en le méditant toujours à nouveau pour apprendre, nous aussi, à nous lever et à suivre Jésus avec décision.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Dailymotion Bouton Ustream Bouton Contact image Jésus

Bannière denier

Les visiteurs viennent de...

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301