Les larmes de Marie

vendredi 6 novembre 2009
par  P. Pierre de Couëssin
popularité : 16%

Les artistes ont souvent représenté Marie pleurant. Aux voyants de La Salette, elle cache son visage dans ses mains et elle pleure sur les péchés des hommes.

Les Evangiles, eux, ne parlent pas de Marie en larmes. Simplement, si l’on peut dire, Saint Luc rapporte les paroles du prophète Siméon à l’occasion de la Présentation de Jésus au Temple. Paroles énigmatiques et terrifiantes pour la jeune maman : « A cause de cet enfant, un glaive te transpercera l’âme ». (Luc 2, 34-35)

Tu connais le vocable de Notre-Dame des Douleurs. Spontanément, il fait penser à la mort atroce de Jésus. C’est juste, mais est-ce suffisant pour bien rejoindre la passion de Marie ?

Il y a les larmes qui coulent des yeux et que l’on voit couler. Mais il y a aussi les larmes du dedans, du profond du cœur, de l’âme pour reprendre les paroles de Siméon, c’est-à-dire de la personne tout entière.

As-tu vraiment remarqué que les larmes viennent des yeux, sont reliées à ce qu’on voit aussi bien avec nos yeux de chair qu’avec les yeux du cœur ? Je voudrais t’aider à entrer, en quelque sorte, dans le regard de Marie, mère de l’humanité.

Réfléchis. Par sa Conception Immaculée, Marie est toute pure. Retiens le « toute ». Savons-nous bien, nous, ce que c’est que la pureté ? Surement pas ! Par contre, nous connaissons, sans l’avoir appris nulle part, les mille formes possibles de l’impureté. Jugements. Jalousies. Critiques. Médisances. Pensées troubles. Attitudes. Paroles méchantes. Rancœurs…

Le regard de Marie
Ce qu’elle voit, d’emblée, c’est Dieu. Dieu toujours. Dieu partout. Dieu hier. Dieu aujourd’hui. Dieu demain.
Relis lentement le Magnificat. Dans ce chant, que dit-elle, Marie ? (Luc 1, 46-56).

Elle voit Dieu penché sur elle et elle voit les merveilles de sa Présence en elle. Ensuite, elle voit le plan d’amour de Dieu sur l’humanité. Cet amour s’étend d’âge en âge. Il déploie sa puissance. Il disperse les orgueilleux. Il renverse les puissants. Il élève les humbles. Il comble les affamés. Il renvoie les riches. Il relève. Il se souvient de sa promesse.. à jamais.

Cependant, Marie a vu aussi les conséquences du péché dans la vie de son entourage : mauvaises paroles, refus de pardonner, vengeances, injustices, avarices, mépris des petits..

Toute pure qu’elle était, elle n’avait absolument aucune complicité avec ces manières de dire et de faire. Mais elle constatait. Ce qui en résultait. Elle ne comprenait pas. Mais elle voyait que le péché abîmait chacun personnellement et contribuait à rendre difficiles toutes les relations, dans le couple, dans la famille, dans le travail. Partout.

Elle ne comprenait pas. Elle avait mal. Elle avait mal à tous ceux dont elle percevait intuitivement, au fil des jours, que maman de son Jésus, elle était aussi mère de ceux pour qui Jésus mourrait un jour. Elle pleurait sur lui. Elle pleurait sur nous.

Le regard de Marie c’est tout cela. Une louange incessante à cause de son Dieu. Une souffrance qui lui broyait le cœur à cause de ses enfants qui font mal, qui ont mal, qui sont malheureux, qui ne savent pas – pas encore, pas toujours, pas assez – l’Amour de Dieu penché sur eux.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Dailymotion Bouton Ustream Bouton Contact image Jésus

Logo Synode
Bannière denier

Les visiteurs viennent de...

Agenda

<<

2017

 

<<

Février

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345