Homélie 14 ème dimanche A

lundi 6 juillet 2020
par  Bernard Le Ho
popularité : 7%
0 vote

Homélie 14 ème dimanche (A)

Je commence cette homélie en vous partageant une question que peut être vous ne vous êtes jamais posée, une question simple, un peu anodine. Mais peut-être vous l’êtes vous posée ?

Est-ce que Jésus a ri ?

Coluche aurait dit : en voilà une question qu’elle est bonne !

Les évangiles ne nous disent pas que Jésus ait ri. Il a eu faim et soif, A Gethsémani il a été angoissé, il a pleuré à la mort de son ami Lazare, et quand il regardait la ville de Jérusalem qui allait bientôt le tuer. Mais rien sur le rire. Il n’est pas écrit que Jésus a ri, mais il n’est pas écrit non plus qu’il n’a pas ri. C’est donc une question sans réponse définitive. C’est pourquoi il faut interroger la question elle-même, et dire avec Coluche : en voilà une question qu’elle est bonne !

Nous pouvons être gêné par cette question. Dire que le fils de Dieu a ri n’est-ce pas parler d’un Dieu trop côte à côte avec l’homme pour être tout à fait un vrai Dieu ? Peut-être craignons nous que Dieu soit moins Dieu parce qu’il serait trop proche de nous, comme nous, ce que pourtant nous allons dire dans quelques minutes en récitant le Credo. Pas 50 % Dieu et 50 % homme mais 100 % Dieu et 100 % homme.

L’important de cette question sur le rire de Jésus c’est la proximité de Dieu et de l’homme. La proximité et l’écart de nos murs mitoyens.

C’est de cette proximité et de cet écart dont nous parle cette page d’ Évangile. Comme dans l’évangile de Luc, Jésus est rempli d’allégresse. Il exulte. Et la première prière de cette messe nous a fait demandé une joie sainte, la joie de Jésus.

La joie de Jésus c’est de voir les petits connaître Dieu en vérité. Les petits ce ne sont pas d’abord les enfants mais les chrétiens tout simples, les chrétiens sans grades. Les plus humbles ont tout compris de Dieu, et ils l’ont compris en rencontrant Jésus. Ce que les savants, les sages ne savent pas, tout homme peut le connaître par une vraie amitié avec le Christ. Dieu s’est fait proche d’eux en devenant homme, 100 % homme !

Si le motif de la joie de Jésus c’est de voir les petits connaître Dieu, sa source profonde c’est sa connivence, son intimité avec le Père. Dieu lui a tout révélé de l’Amour parce qu’il est son fils éternel, 100 % Dieu. Et c’est cela qu’il partage à tous ses disciples. Il nous le partage non pas avec dureté et rudesse mais avec douceur et humilité. L’Ancien testament l’avait annoncé par la bouche du prophète Zacharie. Jésus est ce roi pacifique qui avance sur un âne.

Cette page d’Évangile nous donne beaucoup à regarder Jésus, à le contempler, dans sa manière de nous éduquer à cette mitoyenneté de Dieu avec l’homme, de l’homme avec Dieu. à nous rendre familiers de sa manière d’être et de faire. Cette mitoyenneté, cette proximité d e Dieu et d l’homme Jésus nous invite à y entrer pas comme quelque chose à comprendre avec notre intelligence mais comme une aventure à vivre avec le Seigneur. Il nous invite à le suivre avec ces trois impératifs

Venez à moi, prenez mon joug, devenez disciples. Ce sont trois impératifs, trois commandements qui décrivent une progression : venir, pratiquer, se faire disciple.

Bien entendu cette aventure humaine et spirituelle requiert de nous engagement et fidélité. Nul ne dit que cette aventure de la foi soit simple. Pourtant Jésus nous dit que son joug est facile à porter, son fardeau léger. Que veut nous dire Jésus ?

Avez-vous remarqué que les jougs, ces pièces de bois utilisés pour atteler les bœufs sont conçues par paire. On tire à deux ! Le Christ nous partage son joug. Il tire avec nous jusqu’à la croix s’il le faut.

C’est pas pour de rire que Dieu nous a aimés !

Abbé Gérard Nicole +

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Dailymotion Bouton Ustream Bouton Contact image Jésus

Bannière denier

Agenda

<<

2020

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois