Histoire de Querrien

De 574 à nos jours

574

Saint Colomban et douze de ses compagnons irlandais débarquent sur les côtes du pays que l’on appelle désormais la Bretagne. Dans son sillage, de nombreux ermitages et des abbayes se constituent. D’autres évangélisateurs suivent ; parmi eux, Saint Gall, moine irlandais, qui fit jaillir une source, bâti un oratoire et sculpta une statue de la Vierge Marie.

610

Saint Gall fonde l’ermitage Montrel en Langast (Langal). À Querrien, il fait jaillir une source « afin que les gens puissent pétrir le pain ». Il fait également bâtir un oratoire et sculpte une statue de la Vierge à l’enfant. L’oratoire devient chapelle… Un temps de malheur arrive et la chapelle s’écroule. La statue est perdue.

Vierge Marie couronnée

1652

Le jeudi 15 août 1652, la Vierge Marie est apparue à Jeanne Courtel, jeune bergère de onze ans et demi, sourde et muette, qui gardait ses moutons au pré des Fontenelles. Lui demandant un agneau, elle la fit parler, la guérissant de sa double infirmité. Dans les jours qui suivirent, elle lui manifesta le désir qu’une chapelle soit construite au centre de Querrien pour qu’on vienne y prier en foule. Le 20 août 1652, la statue sculptée par Saint Gall est retrouvée dans la mare. En septembre de cette même année 1652, Monseigneur Denis de La Barde, évêque de Saint-Brieuc, authentifie l’apparition. Le 20 septembre la première pierre de la chapelle est posée.
Lorsque le 15 août 1652, la Vierge Marie apparaît à Jeanne Courtel, le premier dialogue de la petite sourde-muette aurait été le suivant :
— Charmante bergère, donne-moi l’un de tes moutons.
— Ces moutons ne sont point à moi… ils sont à mon père.
— Retourne voir tes parents… et pour moi demande un agneau.
— Mais qui gardera mon troupeau ?
— Moi-même, je garderai tes moutons !
La petite serait retourné vivement chez ses parents où tout le monde aurait été abasourdi de l’entendre parler :
— Mon père, une dame est venue me voir, et elle m’a demandé un de vos agneaux.
— Ah ! ma fille, si cette Dame t’a rendu la parole, nous lui donnerons tout le troupeau.
— Elle a dit aussi qu’il fallait fouiller la mare pour retrouver son image enfouie et perdue il y a des siècles.
— Et que t’a-t-elle demandé d’autre ?
— Elle dit qu’elle est la Vierge Marie, et qu’il faut lui construire une chapelle au milieu du village pour que les pélerins puissent venir en foule pour l’honorer.
— Si tu dis vrai, nous demanderons à l’évêque de nous permettre de lui construire un sanctuaire.

1950

Le 5 août 1950, le Chapitre du Vatican à Rome autorisait le couronnement de la statue de Notre-Dame de Toute-Aide. En présence de plus de 200 prêtres et de 20 000 pèlerins, le 14 août 1950, Son Excellence le Cardinal, entouré des évêques et abbés de Bretagne, couronnait solennellement à Querrien la statue de Notre-Dame de Toute-Aide.

2000

Le 10 septembre, le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, bénit les nouvelles constructions du sanctuaire.

2002

Célébration du 350e anniversaire des apparitions de la Vierge Marie à Jeanne Courtel.

2002

Le Sanctuaire Notre Dame de Toute-Aide à Querrien (La Prénessaye) devient sanctuaire diocésain par décision de Mgr Lucien Fruchaud, alors évêque du diocèse de Saint-Brieuc.

Les visitations de Notre-Dame en France

Le Laus, Hautes-Alpes – 1664

Au-dessus du village de Saint-Étienne-le-Laus, petit village appartenant alors au diocèse d’Embrun, au mois de mai 1664, la Vierge Marie apparaît à une bergère de 17 ans, Benoîte, habitant avec sa famille au village. Pendant quatre mois, chaque jour, Benoîte conduit le troupeau du voisin à l’endroit même où elle rencontre la “Belle Dame”. Celle-ci la prépare à devenir un témoin privilégié de la grâce de la conversion. « Je suis Dame Marie, la Mère de Jésus… »

Site officiel : www.sanctuaire-notredamedulaus.com

La Salette, Isère – 1846

Mélanie Calvat, 14 ans, et Maximin Giraud, 10 ans, tous deux nés à Corps et bergers dans les hauts alpages au service de paysans, se rencontrent pour la première fois le 17 septembre 1846 en menant leur troupeau. Le lendemain, ils se retrouvent de bonne heure et montent avec leur petit troupeau de trois vaches chacun. Maximin propose :
— Petite, je viens avec toi.
Mais Mélanie est méditative et contemplative, et « fait conversation avec les petites fleurs du Bon Dieu ». II insiste car il aime parler et jouer, et finit par la rallier. Ils parlent et jouent ensemble. Mélanie indique des arbres fruitiers à son grand appétit. Le 19 septembre, ils se retrouvent sur la route qui monte, au-dessus du hameau de La Salette. Ils cueillent des fleurs, bâtissent une hutte avec « un étage : le paradis » où ils mettent les fleurs. Ils déjeunent de pain et d’un morceau de tome, font la sieste. Ils retrouvent leurs bêtes plus haut au réveil, puis redescendent vers leurs sacs. C’est alors, peu avant 13h00 que Mélanie aperçoit une vive clarté. Elle fait signe à Maximin qui n’a rien vu. II vient près d’elle et voit comme elle la lumière, et dans celle-ci la dame au costume insolite. Ils discernent progressivement dans la clarté éblouissante, la dame assise la tête dans les mains et qui pleure.
— Avancez, dit-elle, n’ayez pas peur, je suis ici pour vous annoncer une grande nouvelle.

Site officiel : lasalette.cef.fr

Pontmain, Mayenne – 1871

Tout à coup, le petit Eugène Barbedette voit au-dessus et au milieu du toit une belle dame qui le regarde avec un air de bonté, délicate et tendre. La Vierge Marie, qui ne cesse de sourire, restera longtemps immobile et silencieuse, de sorte que les enfants et les paroissiens accourus en nombre assisteront à l’apparition.

Site officiel : www.sanctuaire-pontmain.com

Lourdes, Hautes-Pyrénées – 1858

À la grotte de Massabielle, la Vierge Marie est apparue à Bernadette Soubirous. Depuis ce jour, des millions d’hommes et de femmes viennent en pèlerinage à Lourdes. Alors que le 8 décembre 1854, le pape Pie IX définit le dogme de l’Immaculée Conception, la Vierge Marie apparait sous ce vocable quatre ans plus tard, quand Elle annonce en patois à sainte Bernadette : « Que soy era Immaculata Councepciou » (« Je suis l’Immaculée Conception »).

Site officiel : www.lourdes-france.org

Paris, Ile-de-France – 1830

La médaille miraculeuse doit son origine aux Apparitions mariales de la Chapelle de la Rue du Bac, à Paris, en 1830. Le samedi 27 novembre 1830, la Vierge Immaculée apparut à Sainte Catherine Labouré, Fille de la Charité, et lui confia la mission de faire frapper une médaille dont Elle lui révèlera le modèle.

Site officiel : www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com

Les visitations de Notre-Dame en Europe

Banneux, Belgique – 1933

Du 15 janvier au 2 mars 1933, Notre Dame, qui se présente comme la Vierge des Pauvres, apparaît à huit reprises à Mariette Beco. L’actuelle Chapelle des Apparitions a été construite et inaugurée dès l’été 1933. La réalité des Apparitions et du Message a été reconnue par Mgr Kerkhofs, évêque de Liège, le 22 août 1949.

Site officiel : banneux-nd.be/fr/

Beauraing, Belgique – 1933

Hiver 1932-1933. Dans un contexte exceptionnel, les prémices du drame de la seconde guerre mondiale. Une lumière apparaît dans la nuit. À 33 reprises, du 29 novembre au 3 janvier, la Vierge Marie apparaît à cinq enfants : Fernande, Gilberte et Albert Voisin, Andrée et Gilberte Degeimbre. Mgr Charue, évêque de Namur, a reconnu le culte de Notre Dame de Beauraing le 2 février 1943 et six ans plus tard, le 2 juillet 1949, le caractère surnaturel des faits. Deux guérisons ont été reconnues miraculeuses.

Site officiel : www.sanctuairesdebeauraing.be

Fatima, Portugal – 1917

Les apparitions de Fatima eurent lieu en pleine première Guerre mondiale et quelques mois avant la deuxième révolution russe qui verra le triomphe du communisme et sa lente extension au monde entier. La Vierge apparaîtra à six reprises les 13 des mois de mai à octobre. Les voyants sont trois enfants, âgés de 7 à 10 ans : François, Jacinthe et Lucie.

Site officiel : www.fatima.pt/fr

Défilement vers le haut